Vous êtes ici : Accueil > 3ème > Risque infectieux et protection de l’organisme > Chapitre 1 : LES RISQUES INFECTIEUX DE NOTRE ENVIRONNEMENT
Publié : 15 janvier 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Chapitre 1 : LES RISQUES INFECTIEUX DE NOTRE ENVIRONNEMENT

A. La diversité des micro-organismes de notre environnement.

Comment peut-on prouver la présence de ces micro-organismes ?

Un micro-organisme est un organisme qu’on ne peut pas voir à l’oeil nu et dont l’observation nécessite l’utilisation d’un microscope

TP : Observation d’infusion de foin au microscope
JPEG - 20.2 ko
Paramecie
Unicellulaire vivant dans l’eau des mares
présence de micro-organismes dans l’alimentation (rappels 6ème)
JPEG - 66 ko
Bactérie du yaourt
Activité : Diversité des micro-organismes (classification p232) et travail sur les échelles (calcul de taille en µm) page 130-131
JPEG - 14.9 ko

Extrait du film "Bacteriland"

Animation flash sur les bactéries

Les micro-organismes de notre environnement sont très nombreux et diversifiés. Ils appartiennent à des groupes tels que :
- Les bactéries
- Les virus
- Les protozoaires (paramecie)
- Les acariens, champignons microscopiques…
Certains de ces micro-organismes sont inoffensifs pour l’espèce humaine, voire sont utiles (levures pour la fabrication du pain, certains champignons pour la fabrication des fromages,…), mais d’autres sont pathogènes, c’est-à-dire qu’ils peuvent donner des maladies. Il est donc essentiel d’éviter d’avoir des contacts trop réguliers et importants avec des agents pathogènes (voir devoir maison : site hygiene et santé).

Comment notre corps se protège-t-il des agents pathogènes microscopiques ?

B. Les barrières naturelles du corps.

JPEG - 358.8 ko
Les barrières naturelles
PDF - 906.9 ko
Les barrières naturelles
- La peau est la première et plus importante barrière naturelle de notre corps, de plus, elle est renouvelée en permanence, les cellules mortes de la peau amenant avec elles les agents pathogènes microscopiques pouvant être présents…
- Les muqueuses nombreuses de notre corps (nasale, buccale, sexuelle, digestive,…) produisent des substances qui peuvent, d’une part, emprisonner les micro-organismes (le mucus), et d’autre part, les éliminer grâce à des produits chimiques agressifs (larmes, salive, sucs gastriques,…).

Mais ces défenses naturelles ne suffisent pas toujours ou peuvent être traversées lors d’une blessure superficielle de la peau ou des muqueuses…

C. De la contamination à l’infection.

1) La contamination.

A partir des pages 132-133 remplir le tableau

maladie Nom et groupe dans la classification du micro-organismes Mode de transmission Voie de pénétration (barrière franchie)
Listériose Listeria - bactérie aliments mal conservés muqueuse digestive
...
Lorsqu’ un micro-organisme pénètre dans notre corps, il y a une contamination.

Il existe de nombreux modes de transmission et contamination des agents pathogènes :
- Par contact avec l’air ou avec l’eau
- Par les aliments
- Par des échanges de fluides corporels (salive, sueur, …)
- Par des rapports sexuels non protégés
- Par des comportements à risque (échanges de seringues souillées,…).

Que se passe-t-il, une fois que les micro-organismes pathogènes ont franchi une barrière naturelle ?

2) L’infection.

Activité : comparaison de 2 modes « d’attaque », celle des bactéries et celle des virus.
- livre page 134 pour les bactéries (staphylocoque et tétanos) et p 135 pour les virus (varicelle)

Bilan :
- Lors d’une infection virale, les virus prolifèrent à l’intérieur des cellules, les éclatent et recommencent dans d’autres cellules.
- Lors d’une infection bactérienne, 2 cas sont possibles :
  • les bactéries prolifèrent au niveau de la zone contaminées et libèrent des substances chimiques appelées toxines (toxémie)
  • Les bactéries prolifèrent et envahissent l’organisme (sépticémie)

- Le développement de ces microbes provoquent l’apparition de différents symptômes, (c’est-à-dire les différentes façons du corps à réagir à cet envahissement) : fièvre, douleurs, courbatures, etc.

D. Limiter les risques de contamination et d’infection.

Devoir maison sur l’hygiène

Certaines pratiques permettent d’éviter la contamination comme :
- se laver les mains régulièrement pour ôter tout type de microbes et éviter la transmission,
- l’utilisation de préservatif lors de rapports sexuels permettant la protection contre les différentes IST,
- des méthodes d’asepsie (méthode préventive) en milieu hospitalier notamment.

Quand les barrières naturelles ont été affectées (exemple : une plaie), on pratique des mesures d’antisepsie (méthode curative).

PDF - 169.3 ko
Action des antibiotiques

Réaliser un antibiogramme. Vous pourrez réaliser virtuellement une expérience de microbiologie : ensemencer une milieu dans des conditions stériles, tester différentes molécules, juger de l’efficacité de tel ou tel antibiotique potentiel....

Les antibiotiques appropriés permettent d’éliminer les bactéries en cas d’infection bactérienne. Mais ils sont complètement inefficaces contre les virus.